Des réformes dès les 100 premiers jours

Pour La Capitale, j’ai donné une interview des mesures que nous allions prendre si nous montons au pouvoir durant la prochaine législature.

Nous monterons dans le Gouvernement si nous  avons un mandat fort de  l’électeur. Dans les 100 jours, je veux que les réformes en termes de marché de travail, de mobilité, de   délivrance de permis, de propreté et les grands chantiers soient lancées et déposées au Parlement. Les caisses de la Région bruxelloises sont non seulement trouées, mais, derrière cela, elle a contracté une multitude d’emprunts qui ont fait exploser la dette. Celle-ci a triplé en dix ans. Le gros enjeu, c’est de recréer de la capacité fiscale à Bruxelles et refaire fonctionner l’entreprise «Bruxelles». Nous avons plusieurs propositions.

D’abord, faire une réforme du marché du travail extrêmement rapide et efficace. Il faut s’assurer qu’il y  ait un « match » entre le  nombre de demandeurs  d’emploi et les métiers en pénurie. Deuxièmement, il faut s’assurer que les entreprises reviennent à Bruxelles. Actuellement, elles sont 3.000 à la quitter chaque année ! Elles crient régulièrement les solutions pour inverser cette tendance.Troisièmement, assurer  un sentiment de sécurité  qui soit total. On a main tenant des fusillades à la Toison d’Or, à la Gare du Midi et à la Gare du Nord. Pour moi, c’est la condition sine qua non : plus de policiers ; des policiers sur le terrain ainsi que des caméras ; des sanctions qui soientappliquées. Et enfin : refaire du beau à Bruxelles. C’est la propreté bien sûr et cela  nécessitera une réforme totale de Bruxelles Propreté. Il faut « magnifier » des endroits à Bruxelles. On n’y arrivera pas avec l’argent public car les caisses sont vides. Il faut tendre la main au secteur privé.

Retrouvez l’interview complète dans La Capitale.

Inquiétudes autour du budget bruxellois

Dans plusieurs médias, j’ai livré mes inquiétudes concernant les finances de la Région bruxelloise. En effet, nous sommes actuellement en train d’analyser les budgets au Parlement bruxelloise.

Une dette triplée en 10 ans

La dette de Bruxelles a triplé en 10 ans. Nous soulignons également l’absence de réformes fondamentales qui permettraient de rendre Bruxelles plus attractive pour les entreprises et la classe moyenne. Bruxelles hérite d’une situation résultant des vingt dernières années de gestion qui ne vous aide pas à disposer d’une Région qui va bien.

Des ministres se sont fait plaisir à dépenser de l’argent qu’ils n’avaient pas et aujourd’hui ils reçoivent la facture. Le nécessaire retour à l’équilibre ne vient pas et sera renvoyé non seulement à la prochaine législature mais à la prochaine génération.

Il y a toute une série de coûts cachés.

Il faut trouver des mesures d’économie et d’autres sources de financement, notamment pour le métro 3, comme la France l’a fait avec le projet de ‘Grand Paris’ . Il faut rationaliser. Je pointe ici la multiplication des infrastructures publiques qui coûtent très cher aux Bruxellois. Il faut arrêter de leur donner de l’argent sans vérifier que tout est bien utilisé. La dotation de Bruxelles Propreté a explosé au cours des dernières années. Est-ce que Bruxelles est plus propre?.

Gare du Midi : Le MR pointe l’absence de bilan du Ministre Maron qui passe entre les gouttes

La commission des Affaires intérieures du Parlement bruxellois s’est réunie ce mardi matin pour un échange de vues sur les problèmes d’insécurité dans et aux abords de la Gare du Midi.

Après avoir entendu le plaidoyer anti-fédéral du Ministre-Président Rudi Vervoort (PS), le chef de Groupe du MR bruxellois David Leisterh a réclamé par courrier la convocation en urgence de la Commission de la Santé et de l’Aide aux personnes pour y entendre le Ministre bruxellois Alain Maron (Ecolo).

Pour rappel, il est compétent pour :

  • La santé (lutte contre les assuétudes) ;
  • La lutte contre le sans-abrisme ;
  • La santé mentale ;
  • La propreté…

Ces compétences sont capitales pour solutionner la problématique à la Gare du Midi (et ailleurs). Il nous faut des réponses ont martelé le Chef de Groupe MR, David Leisterh et le Député-Bourgmestre Vincent De Wolf.

David Leisterh (MR) : « Nous avons obtenu ce matin une double confirmation. Premièrement, le Ministre-Président avec Safe.brussels possède bien un rôle de coordination en matière de sécurité publique qui n’a pas été activé. Les statistiques et une enquête régionale de sécurité réalisée par BPS mettaient en lumière dès 2018 l’augmentation de l’insécurité dans les transports publics et en particulier dans la Gare du Midi ainsi que des problèmes de drogues. Le Ministre-Président devait se mobiliser dès ce moment-là. À la place, il a déclaré que Bruxelles n’avait aucun problème de sécurité ! »

Vincent De Wolf (MR) ajoute : « Bruxelles est en grand danger, le problème grave de la Gare du Midi s’exporte aujourd’hui dans les autres stations de métro où les usagers, dont les jeunes, sont confrontés à des personnes droguées qui à même le sol prennent du crack ou s’injectent des drogues dures. Si cette situation perdure, on peut vraiment s’interroger : Bruxelles a-t-elle encore un avenir ? »

David Leisterh (MR) poursuit : « Deuxièmement, les réponses données confirment de nombreux manquements dans le bilan du Ministre Alain Maron directement responsable en matière de sans-abrisme, de santé ou encore de propreté. Comment le Ministre explique-t-il que malgré le doublement du budget, le nombre de sans-abris a encore augmenté de 20% ces deux dernières années. Sur un budget de 55 millions d’euros, le housing first ne représente que 2,5 millions (soit 4,5%). La situation sur le terrain est aussi le résultat d’une absence de moyens en matière de répression de la malpropreté et d’un blocage idéologique. Des années de laxisme et de passivité ont conduit à ce résultat désastreux.

Nous avons un Ministre-Président qui ouvre le parapluie fédéral pour se couvrir et son collègue absent qui passe entre les gouttes. Toutes les responsabilités dans ce dossier doivent être établies. Alain Maron doit venir au Parlement pour débattre de la situation ! »

“La gare du Midi est une maison qui brûle et Rudi Vervoort la regarde brûler”

Interview pour La Libre Belgique.

Selon David Leisterh, chef de groupe MR au Parlement bruxellois, le gouvernement régional refuse d’exercer les compétences de sécurité dont il a hérité.

Et comment réagit Rudi Vervoort ?

À chaque goutte qui tombe, il tire le parapluie fédéral. Je ne suis pas d’accord. Il n’a peut-être pas toutes les compétences, mais lors de la dernière réforme de l’État, Bruxelles en a obtenu une large série en matière de sécurité. Elles ont d’ailleurs été traduites dans la création d’un énième organisme, safe.brussels, chargé de coordonner et d’assurer la sécurité des Bruxellois.

Il y a un patron à Bruxelles et c’est Rudi Vervoort. Mais il refuse d’endosser ce leadership politique en matière de sécurité. On voit le résultat. La gare du Midi, c’est une maison qui brûle depuis des années et que Rudi Vervoort regarde brûler. Si j’étais ministre-Président, ça fait longtemps que j’aurais réuni tout le monde.

Ridouane Chahid (PS) estime que la situation à la gare du Midi est due au désinvestissement du précédent gouvernement MR-N-VA.

En voilà un autre qui tire le parapluie fédéral. Bruxelles a été refinancée plusieurs fois. Où sont partis tous ces budgets ? On peut continuer à envoyer davantage de policiers à la gare du Midi mais si, dès le lendemain, les personnes arrêtées sont relâchées, ça n’aura pas d’impact. Cela vaut pour les délinquants et les sans-papiers. La réponse doit être plus dure.

Pour un sans-papiers qui commet un acte illégal, il doit y avoir une expulsion automatique. Et pour les délinquants, le fédéral plaide depuis longtemps pour des peines moins laxistes. On se retrouve, en Belgique, avec une image de paradis pénal, comparé aux pays voisins.

Que faudrait-il faire à la gare du Midi ?

Pour s’assurer qu’un quartier ne tombe pas en déliquescence, trois ingrédients doivent être appliqués : la répression, la réhabilitation et la reconstruction. Comme l’a fait Malines. Et sur ces trois points, à Bruxelles, le gouvernement s’est planté. Prenons aussi à la gare du Nord, où c’est tout aussi grave, si pas pire. J’y suis allé hier matin à 8 heures. Je tire mon chapeau aux travailleurs qui, tous les jours, descendent de leur train, traversent tunnels et trottoirs pour monter dans une des tours alentour, car c’est extrêmement dangereux.

Une fois que vous avez réprimé, que faites-vous ?

Le second ingrédient, c’est la réhabilitation, l’accompagnement social, comme cela s’est fait à Malines aussi, avec la réorientation vers l’emploi. Là aussi, à Bruxelles, l’échec est considérable. Le dernier angle, c’est la reconstruction. Il faut faire du beau là où c’est moche. La gare du Midi, c’est l’une des plus moches en Europe.

Comment réhabiliter la gare du Midi ? Plusieurs projets existent depuis des années, comme le nouveau siège de la SNCB. Il y a aussi un projet de contrat de rénovation urbaine du gouvernement.

Il faut s’assurer que les procédures urbanistiques soient beaucoup plus rapides et efficaces. À Bruxelles, il faut en moyenne 2 à 3 ans de plus qu’en Flandre et en Wallonie pour avoir un permis. Si vous y ajoutez une certaine paresse politique, certains projets prennent au moins 20 ans.

Métro : privé et public main dans la main

Des Bons d’Etat bruxellois

Parce qu’il ne suffit pas de blâmer l’autre pour dire qu’on a la solution. Parce qu’il faut aussi être capable d’en produire, des solutions : je vous propose celle-ci pour Bruxelles. Je me réjouis de vous lire.

Les Bons d’Etat émis cette semaine (au rendement net de 2,81% sur un an – avec un précompte mobilier de 15% au lieu de 30%) sont déjà un succès.

Le constat est pourtant là depuis longtemps : l’épargne des Belges est importante.

En parallèle, la situation financière des pouvoirs publics s’aggrave dangereusement.

Des réformes substantielles s’imposent dans de nombreux pouvoirs publics mais en parallèle des éclats de génie doivent permettre de relancer des états ou des régions qui peinent à proposer des projets structurants, ambitieux, porteurs d’emploi, de richesses et d’avenir.

C’est le cas par exemple de Bruxelles : la dette a triplé en 10 ans et le déficit est énorme.

Conséquence : le seul projet structurant de Bruxelles, son métro, est en danger de mort.

Ce projet est pourtant capital pour rattraper le retard de Bruxelles en termes de mobilité.

Le métro permet aussi de changer le visage de quartiers et de ses habitants en apportant une solution de mobilité efficace. Demandez plutôt aux habitants d’Evere ou de Schaerbeek comment ils font pour rejoindre Uccle ou Forest en moins d’une heure.

Mais ce métro – comme d’autres projets dont Bruxelles aurait besoin – ne pourra pas se financer uniquement avec de l’argent public issue des impôts des travailleurs et des entreprises. Et il est hors de question de taxer plus encore.

Néanmoins, Européens, Bruxellois, navetteurs ont besoin de ce métro.

Et justement : Européens, Bruxellois, navetteurs ont peut-être envie de placer leur argent dans un projet structurant pour Bruxelles.

A Paris, ils l’ont fait : pour financer le Grand Paris Express la Société du Grand Paris a émis des émissions obligataires qui s’inscrivent par ailleurs dans le cadre des Green Bonds Principles.

https://lnkd.in/eXvHesBg

Bruxelles n’est pas Paris.
Mais Bruxelles vaut bien un métro.

Sortir de la culture de l’excuse pour rentrer dans la culture du résultat

Sur Vivacité, j’ai souligné l’importance de sortir de la culture de l’excuse pour rentrer dans la culture du résultat.

Propreté, enseignement, sécurité

Tout d’abord, on veut un Bruxelles plus propre et plus beau. Le bel exemple, c’est la Gare du midi. Ensuite, Bruxelles doit tourner autour d’une école performante autour de laquelle on crée de l’emploi là où il y en a pas. Finalement, chaque femme qui rentre tard le soir ne doit plus avoir peur et ne contre aucune difficulté, comme par exemple à la Gare du Midi ou dans certains quartiers.

Un autre projet est possible pour Bruxelles

Durant ces 20 dernières années, le Gouvernement bruxellois a utilisé des recettes qui n’ont pas fonctionné. Nous voulons expliquer à toutes celles et ceux qui ont voté PS pendant des années que leur projet ne fonctionne pas. Nous, nous avons un projet qui vise, non pas uniquement à garder ces classes moyennes qui quittent Bruxelles chaque jour, mais surtout, à créer de la classe moyenne. Faire en sorte que celles et ceux qui cherchent un emploi ou qui cherchent à sortir d’une situation parfois un peu difficile depuis trop longtemps, parfois de génération en génération, puissent en sortir. Selon moi, les recettes socialistes n’ont jamais réussi à résoudre ces problèmes.

Retrouvez l’interview complète ici.

Destruction du Palais du MIDI : réaction et nos propositions

Il nous revient que le Gouvernement bruxellois va décider de la destruction d’une partie du Palais du Midi dans le cadre de la future ligne 3 du Métro.

Le MR Bruxelles tient à réagir en 3 points :

1. Nous demanderons au Parlement toutes les études qui prouvent qu’aucune autre option n’était possible.

Plusieurs experts nous ont contactés pour nous expliquer l’inverse. Nous voulons la lumière. Ainsi, nous soutenons la demande de classement du bâtiment demandée par l’ARAU dans le sens où la transparence n’a toujours pas été faite sur l’étude et le résultat des possibilités techniques différentes à la disposition des ingénieurs pour éviter cette destruction.

2. Dans l’hypothèse où la destruction du Palais sera bien actée, nous demanderons, au Parlement, une indemnisation maximale des commerçants, habitants, associations pour lesquels la destruction du toit signifie la fin d’un rêve entrepreneurial, sportif ou de vie. Jamais la destruction du toit n’a été prévue dans les discussions autour du Métro 3. La stupeur est totale et il est un minimum que la Région les aide à surmonter cette épreuve qui s’apparente à un rêve brisé.

3. Nous apprenons que certains refuseraient d’offrir la possibilité aux commerçants de revenir dans leurs locaux une fois les travaux terminés. Cette possibilité doit absolument être offerte.

Abandonner la construction du métro 3 n’est pas une option

Abandonner la construction du métro 3 n’est pas une option. Le MR est le seul parti à défendre la construction de ce métro qui est plébiscité par les Bruxellois.
Quand il s’agit de promouvoir la gratuité des transports ou de doubler les subsides, le Gouvernement bruxellois (PS-Ecolo-DéFI) répond présent et trouve de l’argent. Mais pour le seul projet porteur de la capitale, il décline.

Métro 3 : le seul projet porteur de la capitale

« Il faut quand même qu’on m’explique pourquoi à Madrid, ils ont pu construire des dizaines de kilomètres de lignes de métro en une dizaine d’années. Et nous, à Bruxelles, on est planté sur 100 mètres depuis 20 ans. Moi, je ne comprends pas. À Bruxelles, il y a un projet structurant, un seul, c’est le métro. L’abandonner ou faire un aveu d’échec, ce n’est pas une option. Mais nous, le MR on est les derniers qui défendont encore le métro à Bruxelles. »

Ecolo s’y oppose depuis le début

Le vers était dans le fruit à partir du moment où vous donniez la mobilité à des ministres écolos à Bruxelles, vous saviez bien que le métro n’allait pas avancer très vite. Depuis le début, ils s’y opposent. Quand on voit que certains disent : “ah tiens, il n’y a plus de sous”, alors que je suis désolé, mais même ma voisine, elle sait que quand elle va rénover sa cuisine, il va y avoir certainement un budget supplémentaire. Ils ont, pour certains, dû construire la gare de Mons, ils ont bien vu que ça coûte plus cher. Donc dire aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de prévisibilité économique, ça n’est que l’aveu, je suis désolé, mais de l’incompétence, singulièrement du Gouvernement bruxellois par rapport à ce seul projet structurant et capital, pas uniquement pour Bruxelles mais pour la Belgique et donc l’Europe. Ce n’est jamais un problème les excès budgétaires pour Bruxelles quand ils veulent faire la gratuité des transports en commun, là ça va, quand ils veulent doubler la politique de subsides, là ça va. J’en passe et des meilleures. Donc à un moment donné, si vous avez vraiment une vraie priorité, un vrai objectif, vous la tenez. C’est dans les crises que l’on reconnaît la valeur des vrais gestionnaires. Et là, ici, on a une belle crise où ils pourraient montrer leur vraie valeur. Des tas de villes comme Paris, Copenhague ont aussi fait d’autres options, un partenariat beaucoup plus puissant avec le privé. Partenariat public-privé, parce qu’à un moment donné, c’est vrai que ce n’est pas l’État qui peut tout financer. Vous avez des entreprises qui sont prêtes à le faire.

Retrouvez mon interview sur La Première 

 

Réforme des sacs-poubelle : une réforme qui sent mauvais ?

Si nous souscrivons au fond de cette réforme (qui découle d’une disposition européenne) et qui vise à réduire de 40% nos sacs blancs via le tri des déchets organiques, nous avons des mégardes sur les choix du Gouvernement bruxellois :

➡️ Plus qu’une seule collecte de sacs blancs pour de nombreux quartiers (imaginez l’odeur si vous cuisinez du poisson en début de semaine) ;
➡️ Une non adaptation aux différents quartiers bruxellois ;
➡️ Un délais court pour déposer vos sacs devant chez vous ;
➡️ Une agence Bruxelles-Propreté qui ne possède toujours aucun contrat de gestion.

Enfin, on peut également questionner cette méthode archaïque qui consiste à déposer ses sacs-poubelle devant chez soi. Plusieurs villes européennes ont instauré des containers enterrés pour éviter de se retrouver avec des milliers de sacs qui jonchent le sol des rues.

Si vous êtes mécontents de cette réforme et que vous rencontrez divers problèmes, n’hésitez pas à nous en parler.

Plus d’infos 

Propreté : Le Ministre-Président doit devenir le Monsieur Propre de la Région

Bruxelles est sale, et cela ne peut plus durer. Le Ministre Président doit devenir le Monsieur Propre de la Région. Le laisser-aller du Gouvernement se ressent jusque dans la propreté de notre ville. Je veux réaffirmer l’autorité de l’Etat en insistant sur trois points.

Respecter et punir

La prévention reste la meilleure des méthodes mais pour ceux qui ne comprennent pas, il faut agir. Nous créerons une police chargée de la propreté et nous augmenterons drastiquement le montant des amendes. Cela ne veut pas dire que nous ne continuerons pas la prévention, notamment dans les écoles où les jeunes générations doivent comprendre que la propreté est la première des mesures contre la pollution.

Oser une meilleure gestion

Une meilleure gestion des collectes d’abord. Pour bien nettoyer Bruxelles, il faut bien connaître Bruxelles. Or, nous le savons, tenter d’appliquer une règle commune dans un territoire avec tellement de différence est une erreur de jugement.
Une meilleure gestion de l’agence ensuite. Il faut transformer les méthodes de rémunération et y ajouter une partie variable qui dépend de la performance.
Enfin, il faut une meilleure gestion du recyclage. Comment après 5 ans d’un gouvernement écolo les chantiers autour de la biomethanisation n’avancent pas ? Pour l’instant, toujours pas d’usine ou de développement de plus petites structures pour y pallier.

Repenser le rôle de l’état

Là aussi, il nous faut gagner en lisibilité entre les niveaux de pouvoir. Un déchet est communal, son ramassage régional et le vent qui l’emporte est fédéral. Les citoyens ne comprennent plus et sont otages d’une ville salle et de niveaux de pouvoir qui se renvoient la balle.
Il faut aussi accepter d’ouvrir la réflexion du partenariat avec le privé. Plusieurs villes européennes y ont recours. Pour nous, ce n’est ni un tabou ni un dogme, mais une piste à explorer.
Enfin, une ville propre c’est aussi une myriade d’externalités positives pour une ville : moins d’insécurité ( comme l’explique la théorie du broken window) , plus d’attractivité économique, plus de tourisme, un meilleur vivre ensemble…
Au fond, une ville propre peut avoir plusieurs ambitions, une ville sale ne devrait en avoir qu’une.

Retrouvez l’article complet de La Capitale ici
Retrouvez l’intervention sur BX1