Sécurité : La Gare du Midi, c’est la pointe de l’iceberg

Sur La Première avec Thomas Gadisseux, j’ai pu souligner les problèmes d’insécurité à Bruxelles.

La Gare du Midi, c’est la pointe de l’iceberg. Vous avez d’autres quartiers et d’autres gares à Bruxelles où la spirale négative de l’insécurité est de plus en plus forte. Et moi, je viens ici pour tirer la sonnette d’alarme en la matière. Pourtant, si vous regardez pas très loin, vous avez des tas de villes qui ont su, en appliquant une méthode claire et en ayant une autorité forte, inverser la tendance et faire baisser drastiquement en quelques années le taux de pourcentage de délinquance. Mais pour ça, vous avez besoin d’une méthode forte et d’une autorité forte à Bruxelles. Ces deux ingrédients manquent drastiquement à Bruxelles.

Une question d’autorité

Ça n’est pas toujours une question d’effectif. C’est aussi souvent une question d’autorité. Si vous n’avez pas une application effective des peines et des sanctions, ça ne sert à rien. Je vous donne un exemple. Samedi, lors de l’opération coup de poing, c’est 56 personnes qui ont été arrêtées, c’est 47 illégaux. Je vous fiche mon billet que 24h plus tard, ils étaient relâchés. Vous n’avez donc pas une application effective, dissuasive des peines. Alors, est ce qu’il faut pour autant effacer le débat sur le renforcement des moyens ? Bien sûr que oui. Il faut renforcer les moyens de la police au niveau fédéral, au niveau local aussi. On dépense en Belgique plus de 100 milliards en politique sociale et moins de 10 milliards dans les départements d’autorité. Le problème il est là aussi. Mais si vous croyez qu’en Belgique, et singulièrement à Bruxelles, on peut continuer à dépenser toujours plus sans parallèlement appliquer des réformes importantes, entre autres ici en matière d’application des peines, alors c’est qu’on n’a pas la même analyse du pays, ni de la Région.

Retrouvez mon interview complète ici. 

 

“La gare du Midi est une maison qui brûle et Rudi Vervoort la regarde brûler”

Interview pour La Libre Belgique.

Selon David Leisterh, chef de groupe MR au Parlement bruxellois, le gouvernement régional refuse d’exercer les compétences de sécurité dont il a hérité.

Et comment réagit Rudi Vervoort ?

À chaque goutte qui tombe, il tire le parapluie fédéral. Je ne suis pas d’accord. Il n’a peut-être pas toutes les compétences, mais lors de la dernière réforme de l’État, Bruxelles en a obtenu une large série en matière de sécurité. Elles ont d’ailleurs été traduites dans la création d’un énième organisme, safe.brussels, chargé de coordonner et d’assurer la sécurité des Bruxellois.

Il y a un patron à Bruxelles et c’est Rudi Vervoort. Mais il refuse d’endosser ce leadership politique en matière de sécurité. On voit le résultat. La gare du Midi, c’est une maison qui brûle depuis des années et que Rudi Vervoort regarde brûler. Si j’étais ministre-Président, ça fait longtemps que j’aurais réuni tout le monde.

Ridouane Chahid (PS) estime que la situation à la gare du Midi est due au désinvestissement du précédent gouvernement MR-N-VA.

En voilà un autre qui tire le parapluie fédéral. Bruxelles a été refinancée plusieurs fois. Où sont partis tous ces budgets ? On peut continuer à envoyer davantage de policiers à la gare du Midi mais si, dès le lendemain, les personnes arrêtées sont relâchées, ça n’aura pas d’impact. Cela vaut pour les délinquants et les sans-papiers. La réponse doit être plus dure.

Pour un sans-papiers qui commet un acte illégal, il doit y avoir une expulsion automatique. Et pour les délinquants, le fédéral plaide depuis longtemps pour des peines moins laxistes. On se retrouve, en Belgique, avec une image de paradis pénal, comparé aux pays voisins.

Que faudrait-il faire à la gare du Midi ?

Pour s’assurer qu’un quartier ne tombe pas en déliquescence, trois ingrédients doivent être appliqués : la répression, la réhabilitation et la reconstruction. Comme l’a fait Malines. Et sur ces trois points, à Bruxelles, le gouvernement s’est planté. Prenons aussi à la gare du Nord, où c’est tout aussi grave, si pas pire. J’y suis allé hier matin à 8 heures. Je tire mon chapeau aux travailleurs qui, tous les jours, descendent de leur train, traversent tunnels et trottoirs pour monter dans une des tours alentour, car c’est extrêmement dangereux.

Une fois que vous avez réprimé, que faites-vous ?

Le second ingrédient, c’est la réhabilitation, l’accompagnement social, comme cela s’est fait à Malines aussi, avec la réorientation vers l’emploi. Là aussi, à Bruxelles, l’échec est considérable. Le dernier angle, c’est la reconstruction. Il faut faire du beau là où c’est moche. La gare du Midi, c’est l’une des plus moches en Europe.

Comment réhabiliter la gare du Midi ? Plusieurs projets existent depuis des années, comme le nouveau siège de la SNCB. Il y a aussi un projet de contrat de rénovation urbaine du gouvernement.

Il faut s’assurer que les procédures urbanistiques soient beaucoup plus rapides et efficaces. À Bruxelles, il faut en moyenne 2 à 3 ans de plus qu’en Flandre et en Wallonie pour avoir un permis. Si vous y ajoutez une certaine paresse politique, certains projets prennent au moins 20 ans.

Métro : privé et public main dans la main

Des Bons d’Etat bruxellois

Parce qu’il ne suffit pas de blâmer l’autre pour dire qu’on a la solution. Parce qu’il faut aussi être capable d’en produire, des solutions : je vous propose celle-ci pour Bruxelles. Je me réjouis de vous lire.

Les Bons d’Etat émis cette semaine (au rendement net de 2,81% sur un an – avec un précompte mobilier de 15% au lieu de 30%) sont déjà un succès.

Le constat est pourtant là depuis longtemps : l’épargne des Belges est importante.

En parallèle, la situation financière des pouvoirs publics s’aggrave dangereusement.

Des réformes substantielles s’imposent dans de nombreux pouvoirs publics mais en parallèle des éclats de génie doivent permettre de relancer des états ou des régions qui peinent à proposer des projets structurants, ambitieux, porteurs d’emploi, de richesses et d’avenir.

C’est le cas par exemple de Bruxelles : la dette a triplé en 10 ans et le déficit est énorme.

Conséquence : le seul projet structurant de Bruxelles, son métro, est en danger de mort.

Ce projet est pourtant capital pour rattraper le retard de Bruxelles en termes de mobilité.

Le métro permet aussi de changer le visage de quartiers et de ses habitants en apportant une solution de mobilité efficace. Demandez plutôt aux habitants d’Evere ou de Schaerbeek comment ils font pour rejoindre Uccle ou Forest en moins d’une heure.

Mais ce métro – comme d’autres projets dont Bruxelles aurait besoin – ne pourra pas se financer uniquement avec de l’argent public issue des impôts des travailleurs et des entreprises. Et il est hors de question de taxer plus encore.

Néanmoins, Européens, Bruxellois, navetteurs ont besoin de ce métro.

Et justement : Européens, Bruxellois, navetteurs ont peut-être envie de placer leur argent dans un projet structurant pour Bruxelles.

A Paris, ils l’ont fait : pour financer le Grand Paris Express la Société du Grand Paris a émis des émissions obligataires qui s’inscrivent par ailleurs dans le cadre des Green Bonds Principles.

https://lnkd.in/eXvHesBg

Bruxelles n’est pas Paris.
Mais Bruxelles vaut bien un métro.

Emploi & Formation : changer l’approche à Bruxelles

Il faut changer fondamentalement d’approche.

 

ANALYSE :

* En 2022, ce sont à peine 14.645 chercheurs d’emploi qui ont été formés par Bruxelles Formation sur une moyenne de 86.000 demandeurs d’emploi inoccupés pour cette même année ;
* Ces chiffres interpellent parce que si on prend un secteur en particulier, celui de la construction, secteur qui sera capital pour rénover le bâti trop ancien de Bruxelles, et qu’on y analyse la liste des fonctions critiques publiée par Actiris, on observe qu’il y a 17 métiers dans ce secteur qui sont en pénurie de main d’œuvre.
* Pourtant, entre août 2022 et juillet 2023, Actiris n’a reçu seulement que 2.362 offres d’emploi pour ce secteur. Ce nombre est assez faible et prouvent que Actiris et les entreprises doivent mieux travailler ensemble.
* Mais aussi : trop peu de chercheurs d’emploi se tournent vers la formation alors que notre Région compte actuellement 108 métiers identifiés comme fonctions critiques.
* Rappel : en juillet 2023, notre Région comptait 89.231 demandeurs d’emploi inoccupés dont 47,5% d’entre eux le sont depuis plus de 2 ans.

 

MESSAGE :

* Bruxelles compte un taux de chômage de 11,4% et nous dépensons deux fois la moyenne de l’OCDE en allocations de chômage. Et dans le même temps, il y a presque 200.000 emplois disponibles en Belgique.
* Il m’est insupportable de tolérer le statut quo, alors qu’il est possible d’améliorer la vie de nombreuses familles et de faire progresser notre pays.
* Pour cela, il faut travailler en amont et en aval.
* En amont, on voit que l’offre de formation existe, certes, mais semble trop peu connue.
* En aval, il faut prendre le taureau par les cornes.
* Perdre son travail ou ne pas en trouver est une épreuve difficile. On peut donc augmenter les allocations dans les premiers mois, pour ne pas ajouter un choc financier à un choc moral.
* En parallèle, je sais que la réalité est parfois plus complexe mais symboliquement je pense que oui, ceux qui sont en bonne santé mais de mauvaise foi et veulent profiter des efforts des autres en refusant plusieurs offres d’emploi ou de formation doivent comprendre que ça ne va pas. Après deux ans d’inactivité il faut qu’il y ait soit une sanction financière importante soit le démarrage d’un cycle de travail d’intérêt général, pas pour le plaisir de sanctionner mais pour garder le lien avec le monde de l’emploi et pour participer aux efforts collectifs.
* Actuellement, cette méthode n’est pas employée et on voit le résultat : près de 50% des demandeurs d’emploi à Bruxelles le sont depuis plus de 2 ans.
* Je suis président de CPAS et je sais que parfois les difficultés de la vie sont violentes à encaisser. Je sais aussi que nous vivons dans un pays où on donne le temps pour s’en sortir mais aussi les moyens pour y arriver. Ce sont des droits salutaires dans une démocratie comme la nôtre. Mais à cela, des obligations logiques en découlent. Certains les oublient trop souvent, avec comme résultats les deux articles ci-dessous.

Indépendants : les oubliés de la politique bruxelloise

(Jeunes) indépendant(e)s ? Y a une bonne nouvelle dans le courrier du jour :

Je rencontre presque tous les jours des indépendants, entrepreneurs, chefs d’entreprise.

Ma compagne a lancé son super petit Tea Room pendant deux ans (avec une employée à charge). J’ai longtemps été indépendant complémentaire.

On ne mesurera jamais assez le volume de risque et de stress que représente l’aventure entrepreneuriale.

Parmi ceux-ci, devoir payer ses charges, cotisations, etc. est indéniablement un des éléments les plus lourds à vivre.

Surtout au début, vous pouvez sentir que votre projet démarre mais vous avez besoin de temps. Rome ne s’est pas construite en un jour. Les charges et factures, par contre, elles, s’envoient bien en un ou deux jours.

Souvent, ce sont précisément ces charges trop élevées qui forcent les indépendants à ne pas se payer (alors qu’ils ont travaillé) ou pire, à arrêter.

Pourtant, le nombre d’indépendants a augmenté de 32% pour les 18-22 ans et de 26% pour les 22-25 ans entre 2018 et 2022. Sur l’ensemble des catégories d’âges, l’augmentation est de 14%.

C’est bien mais il en faut plus encore et surtout, il faut s’assurer que celles et ceux qui se lancent ne doivent pas arrêter.

Au contraire, il faut que leur projet fonctionnent et que elles/ils doivent engager.

Dans ce cadre, je voulais vous partager une information importante, trouve-je : sous l’impulsion du Vice-Premier Ministre David Clarinval, la cotisation pour les premiers mois d’activité a été réduite en vue de donner un coup de pouce aux jeunes indépendants.
Lors du lancement d’une nouvelle activité, il est primordial de pouvoir disposer de fonds pour louer un immeuble ou pour investir dans du matériel. Cette baisse de cotisation vise précisément à aider à dégager des marges pour ce faire et ainsi aider les nouvelles entreprises, primordiales pour notre économie.

Il reste encore beaucoup de travail, entre autres pour bien communiquer ces mesures.

Mais Rome ne s’est pas faite en un jour.

A l’époque toutefois, ils avaient peut-être le temps. Aujourd’hui, vu l’état de nos finances publiques et les défis qui se présentent à nous, ce temps on ne l’a pas et il nous faudra plus d’indépendants.

Il nous faudra aussi réformer nos institutions publiques, en commençant par parfois changer la mentalité dans certaines administrations : oui, il faut accompagner un indépendant et pas directement penser à le sanctionner parce que la taille de sa devanture n’est pas exactement aux normes.

Mais ça, c’est un autre débat pour une prochaine fois.

Propreté : Répression, Réhabilitation et Reconstruction

À Bruxelles, dans le débat actuel sur l’insécurité autour, entre autres, de la Gare du Midi, il faut bien distinguer les réponses à apporter vis-à-vis de :
1. la lutte face aux cartels qui est loin d’être évidente et nécessite une réponse coordonnée de nombreux acteurs locaux, régionaux, fédéraux et mondiaux.
2. l’explosion du nombre de délinquants qui dealent a l’entrée de la gare avec tout son lot d’insécurité que cela provoque (violence, agressions, etc.) et où, là, aucun aveu d’impuissance ne peut être autorisé.
Pour ce second point (lutte contre la délinquance) à Bruxelles le constat est implacable. Sous peine d’être mal vu par une certaine gauche, je le dénonce depuis longtemps : les faits qui sont désormais sous le feu des projecteurs existent de manière structurelle à Bruxelles.
1. Des quartiers entiers sont à la dérive et considérés comme des zones de non-droits (ou de moindre droits);
2. Le délinquance y devient endémique.
3. La classe moyenne déserte un peu plus chaque jour la ville et les classes populaires sont les premières victimes de l’insécurité
4. Une part importante du problème se situe auprès des gares bruxelloises (et ne parlons même pas des stations de métro) qui sont touchées par cette insécurité : c’est l’attractivité de Bruxelles qui paie les pots cassés mais aussi les riverains (dois-je rappeler qu’il y a des écoles et des crèches près de la Gare du Midi) et aussi, tant qu’on y est, les usagés de mobilité douce.
💡SOLUTION – Comme à Malines
Pourtant, l’expérience nous montre que les villes ont une énorme capacité à obtenir des résultats en matière de sécurité en aidant les niveaux de pouvoirs nationaux ou fédéraux : si on règle cela, tout le reste pourra suivre. Bruxelles doit changer de visage grâce à une impressionnante métamorphose.
Si nous sommes d’accord que l’Etat fédéral a le monopole du régalien, ce n’est pas pour autant que les Régions ou les villes n’ont pas un rôle à jouer.
Etudier plusieurs villes nous apprend de bonnes stratégies, comme à New-York ou Glasgow. Mais je vais à nouveau me concentrer sur une ville que j’ai l’habitude de citer en exemple en la matière : Malines.
En quelques années, ils sont parvenus à baisser la criminalité de 45% en appliquant une recette en trois ingrédients (j’y reviens plus tard) :
1️⃣ Répression
2️⃣ Réhabilitation
3️⃣ Reconstruction.
Ci-après, je développe les trois points et vous explique pourquoi, selon moi, à Bruxelles chaque ingrédient est périmé depuis longtemps.
1️⃣ Répression
🔵Proposition du MR :
Bart Somers (Bourgmestre de Malines) l’a dit et redit : lutter contre l’insécurité dans les quartiers difficiles, c’est une base essentielle pour recréer la confiance entre les citoyens, entre les citoyens et les autorités (politique et de sécurité) mais aussi entre les générations.
La sécurité permet également d’assurer un climat propice à l’émancipation et de mettre en œuvre des politiques d’enseignement, de formation, d’intégration et de développement économique d’un quartier. Pour ce faire, nous proposons d’appliquer des recettes répressives similaires :
1. Nous proposons d’abord la création d’une zone de protection régionale, sous la responsabilité du MP, pour les points d’entrée de Bruxelles. C’est l’image de Bruxelles qui est en jeu ici, il ne doit y avoir aucune demi-mesure.
2. On sait qu’on ne peut pas mettre des policiers à chaque coin de rue mais les quartiers ne doivent pas se sentir abandonnés. Dans cette zone, il y faut – comme à Malines – davantage de caméras de surveillance, un éclairage public plus intense et des antennes de la police avec intervention rapide;
3. Il faut permettre aux agents de procéder à des perceptions immédiates pour les consommateurs;
4. Il nous revient que parce que le parquet est débordé, il ne poursuit plus la possession de drogues de quantité même substantielles. Le signal est mauvais et ça doit changer.
5. Le MR plaide pour un tribunal d’application des peines mais en l’attente, je souhaite qu’il y ait des suites aux interventions de la police: convocation des parents comme à Malines, avec un engagement de se former ou de travailler par exemple et des amendes en cas de non-respect.
➡ Toutefois, à Bruxelles jusqu’à aujourd’hui :
A Bruxelles, le Gouvernement bruxellois manifeste plutôt un désintérêt pour les questions de sécurité : qu’on le veuille ou non, si un leader politique n’affiche pas une ambition forte en matière de sécurité pour sa Région, les délinquants s’engouffrent dans la faille.
Je vous cite ainsi quelques exemples :
– Prenez la dégringolade de la situation à la Gare du Nord ou midi : le gouvernement bruxellois en a presque fait des zones Duty free pour la délinquance.
– Quand on a proposé de renforcer le plan canal, certains membres de la majorité ont crié au loup.
– L’appel récent à l’aide des habitants, commerçants et acteurs du quartier nord : quelle réponse efficace ont-ils reçu ?
– Les milices qui ont du se constituer à Clémenceau, qui est venu les aider ?
Si vous êtes Ministre-Président de la Région, et même si toutes les compétences nécessaires ne sont pas dans vos mains, vous vous devez d’assumer et de vous bouger : convoquer des réunions, sortir dans la presse, en faire un sujet d’intérêt national, faire le pied de grue devant le Ministre de l’Intérieur et de la Justice.
Tout ça pour une raison simple : Bruxelles une préoccupation d’intérêt national. La gare du Midi est un exemple criant. Mais Il y a une frange à gauche qui estime que le fait même de parler de sécurité vous rend infréquentable, de droite dure. Il faudrait presque tendre l’autre joue pour être fréquentable.
Nous ne partageons pas cette opinion.
2️⃣Réhabilitation
🔵Proposition :
La sécurité permet également d’assurer un climat propice à l’émancipation et de mettre en œuvre des politiques d’enseignement, de formation, d’intégration et de développement économique d’un quartier. La sécurité d’un quartier permet à la fois d’éviter la fuite de sa classe moyenne mais permet également de créer de la classe moyenne.
Pour ce faire, nous proposons, comme à Malines ;
1. De développer un vrai écosystème émancipateur autour des écoles revalorisées avec des centres de formation, des crèches pour que les parents puissent se former, des accompagnateurs sociaux.
2. Que les autorités publiques ouvrent davantage le dialogue avec les communautés locales, associer les habitants, renforcer la police de proximité, et construire de larges partenariats avec les acteurs locaux. Malines (ou New York) a décidé de faire confiance aux populations et au dialogue tout en menant une politique autoritaire et répressive envers les récalcitrants. Bruxelles peut faire pareil.
➡ A Bruxelles jusqu’à aujourd’hui :
1. Bruxelles fait partie des régions d’Europe au taux de pauvreté les plus élevés. Sans faire de raccourci facile, il n’est pas étonnant que des brigands s’engouffrent dans cette brèche et abusent de la précarité.
2. Au mois de juillet, le taux des chômages des jeunes a encore augmenté.
Bref, quelle politique sociale efficace a porté ses fruits ces 20 dernières années à Bruxelles ?
3️⃣ Reconstruction :
🔵Proposition :
Comment détecte-t-on une zone où règne l’insécurité :
– Saleté dans les rues;
– Peu d’éclairage public;
– Des bâtiments délabrés;
– La prolifération de la drogue, les vols, la délinquance, la violence, etc.
Sur cette base, Bruxelles s’engouffre en plein dans la théorie du carreau cassé : il y a un lien de cause à effet entre le taux de criminalité et le nombre croissant de fenêtres brisées.
Concrètement, plus un lieu est moche, plus il attire les problèmes.
Si on veut offrir aux Bruxellois une sortie de crise :
1. il faut assumer de refaire du beau. Prenez à nouveau la Gare du Midi, cet endroit est moche à mourir, cela ne donne pas une image à la hauteur de notre ville. Ce n’est pas sérieux. Je veux des projets artistiques, de la verdure,… que les usagers puissent s’approprier l’endroit.
2. Ce n’est pas parce qu’un quartier est dit « pauvre » que son infrastructure doit l’être. Au contraire. Vous devez avoir des bancs de qualité, des rues de qualités, des trottoirs de qualité, un quartier verdunisé. Bref, du beau.
➡ A Bruxelles jusqu’à aujourd’hui :
1. On nous promet une rénovation de la Gare du Midi et de ses alentours depuis 20 ans;
2. On nous promet la même chose pour la Gare du Nord.
3. La propreté est un des premiers thèmes relevés par le Bruxellois comme prioritaire pour leur ville.
4. Soyons sérieux, ce troisième ingrédient peut paraître futile mais il est en fait primordial. Et les exemples d’échec à Bruxelles ne manquent pas.

Sortir de la culture de l’excuse pour rentrer dans la culture du résultat

Sur Vivacité, j’ai souligné l’importance de sortir de la culture de l’excuse pour rentrer dans la culture du résultat.

Propreté, enseignement, sécurité

Tout d’abord, on veut un Bruxelles plus propre et plus beau. Le bel exemple, c’est la Gare du midi. Ensuite, Bruxelles doit tourner autour d’une école performante autour de laquelle on crée de l’emploi là où il y en a pas. Finalement, chaque femme qui rentre tard le soir ne doit plus avoir peur et ne contre aucune difficulté, comme par exemple à la Gare du Midi ou dans certains quartiers.

Un autre projet est possible pour Bruxelles

Durant ces 20 dernières années, le Gouvernement bruxellois a utilisé des recettes qui n’ont pas fonctionné. Nous voulons expliquer à toutes celles et ceux qui ont voté PS pendant des années que leur projet ne fonctionne pas. Nous, nous avons un projet qui vise, non pas uniquement à garder ces classes moyennes qui quittent Bruxelles chaque jour, mais surtout, à créer de la classe moyenne. Faire en sorte que celles et ceux qui cherchent un emploi ou qui cherchent à sortir d’une situation parfois un peu difficile depuis trop longtemps, parfois de génération en génération, puissent en sortir. Selon moi, les recettes socialistes n’ont jamais réussi à résoudre ces problèmes.

Retrouvez l’interview complète ici.

L’intelligence artificielle va détruire le monde et mettre tout le monde au chômage?

Cette question, beaucoup nous la posent. C’est pourquoi, avec mon excellente collègue Clémentine Barzin nous avons organisé lundi passé une conférence sur le sujet. Nous avions réuni un panel de choc pour l’occasion : Mathieu MICHEL , John-Alexander Bogaerts et David Dab. En conclusion de la conférence, et riche des différentes interventions, j’ai pu livrer quelques commentaires.
1/ Napoléon aurait dit que le jour où la Chine se réveillerait, le monde tremblerait. Plus récemment, Poutine a dit que celui qui maîtriserait l’IA maîtriserait le monde. Et quand on y regarde de plus près, on constate que la Chine a investi près de 70 milliards dans l’IA. Les Etats-Unis 50 milliards. L’Europe 7 milliards. Bruxelles 11 millions. Les deux grandes puissances se préparent au monde de demain. Quid de la Belgique ? Quid de l’Europe ?
2/ Les bouleversements seront majeurs, principalement pour nos économies. Les plus optimistes expliquent que le PIB mondial augmentera de plus de 15%, d’autres expliquent que cela détruira des emplois.
Selon moi, c’est à une nouvelle révolution industrielle que nous allons assister et ceux qui seront en tête de wagon seront les Rockefeller et Henry Ford d’hier.
Alors oui, l’IA aura un impact sur le marché de l’emploi, mais je ne crois pas qu’il sera destructeur d’emplois, au contraire. En effet, quand vous regardez aujourd’hui les pays à la pointe de l’automatisation tels que le Japon ou Singapour, tous deux ont un taux de chômage inférieur à 3%. Nous savons aussi que depuis 1945, 60% des emplois ont disparu, remplacés par de nouveaux. Le sens de l’histoire est de suivre ce phénomène de transformation et de modernisation de nos économies et, toujours, nous nous sommes adaptés et le monde s’est enrichi.
3/ Pour y arriver toutefois, nous devrons être attentifs à trois éléments : le traitement des données pour protéger nos libertés, une réglementation adaptée pour éviter un monde de l’IA far west et, enfin, une capacité de produire des experts.
Et c’est ici qu’entre en scène l’institution de nos sociétés qui sera à coups sûrs la plus durablement chamboulée : l’école.
1. Nos écoles fonctionnent grosso modo de la même manière depuis Charlemagne. Elles devront aujourd’hui bouleverser leur méthode d’apprentissage tant l’IA sera pour nos têtes blondes une source d’apprentissage plus rapide. Ce sont aujourd’hui deux types d’intelligence qui se confrontent.
2. l’IA, au travers d’outils comme ChatGPT, va nous amener à constamment être dans le contrôle et la vérification de ce que nous dit l’IA. Pourtant, l’être humain a besoin de créer, pas uniquement de contrôler. L’école joue peut-être là son rôle le plus important : apprendre à être créatif.
3. Si on veut former les meilleurs experts, l’école doit comprendre que l’étincelle du développement technologique commence par la salle de classe.
Votre avis ?

Sur les 86.836 chercheurs d’emploi à Bruxelles, pas moins de 17,5% d’entre eux, soit 15 196 personnes, ne maîtrisent ni le français ni le néerlandais

Bruxelles, le 7 juin 2023 – Le Mouvement Réformateur a présenté aujourd’hui une proposition de résolution visant à rencontrer le problème persistant de la maîtrise insuffisante des langues chez les demandeurs d’emploi bruxellois. Conscient de l’importance cruciale des compétences linguistiques pour l’insertion professionnelle, le MR appelle à des mesures concrètes pour renforcer l’apprentissage des langues en Région de Bruxelles-Capitale.

Malgré la priorité accordée à l’apprentissage des langues dans la Déclaration de politique régionale de 2019, force est de constater que cette initiative a échoué. Selon les dernières données, sur les 86.836 chercheurs d’emploi à Bruxelles, pas moins de 17,5% d’entre eux, soit 15.196 personnes, ne maîtrisent ni le français ni le néerlandais. C’est particulièrement préoccupant compte tenu de la demande constante des entreprises bruxelloises pour des compétences bilingues français-néerlandais, indépendamment du secteur ou de la taille de l’entreprise.

La connaissance du néerlandais a connu une baisse constante au fil du temps, passant de 33% des Bruxellois en 2001 à seulement 16,3% aujourd’hui. Cette diminution contraste avec les exigences linguistiques croissantes sur le marché du travail. En 2019, Actiris a enregistré directement 35 063 offres d’emploi, dont 1 sur 2 mentionnait explicitement des exigences linguistiques. Parmi ces offres, 8 sur 10 exigeaient une maîtrise des deux langues nationales. Environ 40% des offres d’emploi avec des exigences linguistiques nécessitaient également la connaissance de l’anglais, généralement combinée au néerlandais et au français.

Face à cette réalité préoccupante, le MR est convaincu qu’il est essentiel de renforcer les compétences linguistiques de base dans au moins l’une des deux langues régionales, ainsi que dans une deuxième langue (soit la deuxième langue régionale, soit l’anglais) pour tous les demandeurs d’emploi. Pour ce faire, il est impératif de développer suffisamment les outils de formation et l’offre de cours de langues. De plus, la formation en langues devrait devenir un élément fondamental du contrôle de la disponibilité des demandeurs d’emploi.

La proposition de résolution du MR présentée par la députée Clémentine Barzin ce 7 juin 2023 en commission des affaires économiques et de l’emploi vise à rendre obligatoire un test linguistique pour tous les demandeurs d’emplois’inscrivant auprès d’Actiris, ainsi qu’à rendre obligatoires les cours de langue pour les demandeurs d’emploi qui ont échoué au test linguistique initial (qui ont un niveau inférieur à B1 en français ou néerlandais, selon le cadre européen commun de référence pour les langues) et qui, après 6 mois de chômage, ne suivent pas de formation et n’ont pas de certificat médical. Enfin, notre proposition a pour objectif de renforcer les outils existants pour accroître la formation des demandeurs d’emploi en langues, singulièrement la plateforme Brulingua et les chèques-langues, et renforcer la communication de ceux-ci afin d’en accroitre leur usage.

Malgré les chiffres évoqués, malgré les engagements dans la déclaration de politique régionale et alors que la majorité PS-Ecolo-Défi prépare un bilan de compétences incluant un test de la connaissance des langues, il est regrettable que, mis à part la NVA, les autres groupes politiques aient voté, à grand recours de postures politiques, contre la proposition de résolution du MR.

Nous appelons tous les partis politiques à mettre de côté leurs divergences et à travailler ensemble pour trouver des solutions concrètes et efficaces afin de combler le fossé linguistique sur le marché de l’emploi bruxellois. L’apprentissage des langues est un investissement essentiel pour l’avenir professionnel des demandeurs d’emploi et pour la prospérité économique de Bruxelles.

La proposition de résolution du MR sera prochainement agendée en séance plénière du Parlement bruxellois.

Bruxelles est en retard, il est temps de se presser !

Dernièrement, nous sommes allés à la rencontre des Bruxellois dans plusieurs stations de métro et points de passage de la capitale. Via un jus d’orange pressé du matin, nous voulions donné un message clair : Bruxelles est en retard, il est temps de se presser.

Devant les défis de demain, la plupart des villes se bougent : davantage de métros, de nouveaux quartiers, une pauvreté en recul, des jobs pour les jeunes, des logements abordables, des espaces verts de proximité, une classe moyenne florissante, des plans climat ambitieux, des services publics modernes, une offre culturelle vivante, une ville propre…

Pendant que les autres villes progressent, Bruxelles accumule tous les retards. Après 20 ans d’opposition, le MR veut inverser la tendance et prendre de l’avance pour Bruxelles. Nous avons des projets ambitieux pour la région bruxelloise et nos militants sont présents sur le terrain pour vous convaincre qu’une autre voie est possible.

Plus d’information sur : https://tic-tac2024.be/