Généraliser l’actionnariat salarié lors du prochain accord interprofessionnel

Nous voulons généraliser l’actionnariat salarié lors du prochain accord interprofessionnel. Les employés et les employeurs ont un objectif commun. La crise sanitaire a chamboulé les repères habituels des sciences économiques. Le coronavirus pourrait modifier durablement notre approche des dépenses publiques, de la gestion des déficits, de la dette des États, de la politique monétaire…

Je souhaite redonner du lustre au concept de l’actionnariat salarié, un dispositif qui vise à faire entrer durablement les salariés d’une entreprise dans son capital.

Ne pas opposer employés et employeurs

Depuis trop longtemps, on oppose les employés et les employeurs alors qu’ils ont un objectif commun : faire fructifier les activités de leur entreprise. Il faut faire en sorte que les salariés aient autant d’intérêts financiers que les cadres à l’avancement de leur entreprise. Cette idée est défendue depuis des années par Warren Buffett.

Améliorer le cadre légal

Le cadre légal permettant d’intéresser les collaborateurs par une participation au capital existe déjà en Belgique. Mais, le mécanisme fonctionne mal, contrairement à certains pays voisins. Ce que je veux, c’est que la caissière de la supérette du coin puisse entrer dans cette logique tout comme le top manager qui reçoit des stock options. Je veux ouvrir cet actionnariat salarié aux classes moyennes et aux classes populaires. Début 2021, les partenaires sociaux doivent renégocier l’AIP, l’accord interprofessionnel, qui est toujours source de tensions. Il faudra notamment fixer la norme de majoration salariale pour deux ans. Va-t-on pouvoir ou non augmenter les salaires ? Et, si oui, de combien ? Ces dernières années, sous le gouvernement Michel, cette norme était de 1,1 %. Avec la crise actuelle, je ne veux pas revivre les années Di Rupo où il n’y avait pas eu d’augmentation salariale…. Avec l’actionnariat salarié, le MR propose donc que les entreprises puissent augmenter tout de même leurs employés, malgré le contexte économique difficile. Tout cela doit être négocié librement par les partenaires sociaux.

Des employés plus motivés

Le développement de l’actionnariat salarié doit concerner aussi bien les sociétés cotées en Bourse que les entreprises non cotées. La société EASI de Nivelles, spécialisée dans le secteur informatique et qui a été élue meilleure entreprise de l’année en 2019, pratique ce système. Les études sont claires : les employés qui en bénéficient sont plus motivés, il y a moins de turn-over et moins de licenciements. Les bénéfices ainsi redistribués par les entreprises vers leurs salariés seront naturellement défiscalisés. Pour moi, l’actionnariat salarié, l’actionnariat populaire, c’est l’avenir de notre système économique.

 

Retrouvez l’article de La Libre Belgique: ICI.

Rues du Pentagone: Manque de concertation avec les habitants du quartier

Sur Bruzz, j’interviens concernant la décision du Gouvernement bruxellois de placer les rues du Pentagone en zone 20.

Pour rappel, le Gouvernement bruxellois a décidé que toutes les rues du Pentagone de Bruxelles vont devenir une « zone de rencontre ». Les piétons et cyclistes pourront y circuler et seront prioritaires. Personne ne pourra rouler à plus de 20 km/H.

Des partis au pouvoir voulaient justement plus de concertation

Le MR est convaincu que la Ville doit être redessinée. Mais nous regrettons que les habitants et les commerçants du quartier n’ont pas été consultés. Nous plaidons pour davantage de concertations.

En outre, j’ai appris qu’il y avait d’autres partis qui désiraient également plus de concertations, surtout pendant la période électorale. Mais maintenant qu’ils sont au pouvoir, je ne vois pas beaucoup de participation. Et je le regrette.

Pour retrouver l’article de Bruzz: CLIQUEZ ICI.

« Autoriser le ramassage de tous les sacs sans distinction »

L’Agence Bruxelles-Propreté (ABP) effectue un service essentiel dans ce contexte sanitaire difficile. Les travailleurs de l ‘ABP poursuivent, malgré le taux d’absentéisme dû aux maladies, la collecte des sacs poubelles dans les rues de Bruxelles alors que les habitants produisent plus de déchets.

Dans La Capitale, Françoise Schepmans et moi-même faisons part de l’urgence d’assurer la sécurité des travailleurs et d’autoriser l’enlèvement collective de tous les sacs (blancs, jaunes et bleus).

La Région doit commander des masques pour ces travailleurs

En outre, les agents viennent seulement de recevoir du savon et du gel hydroalcoolique (400 ml par personne) Ils n’ont toujours pas de masques de protection même en tissu. La Région bruxelloise a la capacité de procéder à un marché en urgence pour commander des masques ou à fournir, à tout le moins, des masques en tissu au personnel.

Par ailleurs, les éboueurs travaillent actuellement à trois dans leur camion : un conducteur et deux ramasseurs. Plusieurs syndicats demandent à travailler à deux par camion pour respecter la mesure de distanciation sociale. Il est urgent d’organiser une concertation sur cette question très importante ! Enfin, en prévision des mesures de déconfinement, qui intégreront probablement le port du masque et le dépistage, l’ABP doit prendre les devants pour commander les tests, le type et le nombre de masques nécessaires pour le personnel.

 

Pour retrouver l’article complet de La Capitale: CLIQUEZ ICI.